Logotype Cecite  
Portail du handicap visuel Aller directement au contenu Aller directement au contenu de cette page Comment participer - Vous identifierhttp://www.cecite.org/- Edition du 3 mars 2014  

Sommaire

Dossiers

En archive :


Carnets

Les petites annonces

Participer

Vous voulez prendre la plume et voir vos articles publiés ici ? Suivez le guide :

Humeur

Une journée inoubliable [mardi 30 janvier 2007]


Dijon-Prenois

Une journée inoubliable !

Comment ne plus penser à ce jour ?

Impossible !

Depuis ce vendredi 24 novembre 2006, je ne cesse d’y songer !

Tout a commencé par ce mail qui disait qu’un après-midi était organisée par l’ordre de malte et que des personnes handicapées pourraient se rendre sur le circuit de Dijon-Prenois pour y faire quelques tours de piste dans des voitures telles que BMW, Ferrari, Porshe, etc...

Pour moi, ancien mécano, c’était une occasion à ne pas rater !

Un petit mot disant que je suis partant et voilà, plus qu’à attendre la réponse.

Et puis, ça y est !

Me voilà sur le bord de piste, un casque à la main, attendant de trouver la voiture qui me fera faire mon premier tour de circuit.

Mes deux filles et l’un de mes gendres sont venus assister au spectacle et ont amené le caméscope.

Vhroumm, vhroumm !

Une belle porshe 964 blanche vient se garer juste à ma hauteur.

Le pilote en descend, il s’appelle François.

Après avoir enfilé tout d’abord ma charlotte, (c’est une sorte d’enveloppe qui protège les cheveux et permet de ne pas salir l’intérieur du casque), puis le casque lui-même, Il m’aide à m’installer sur le siège passager.

Ceinture et on ferme la porte.

Vhroumm, vhroumm !

C’est parti !

Attente : feu vert, on démarre !

Premier tour : il m’explique.

Ligne droite, virage à gauche puis droite, religne droite puis une chicane et onze cent mètres de ligne droite, ça fonce !

130, 160, 200, 220, 225 et on rétrograde, fin de ligne droite et on se couche sur la gauche, une grande courbe qui n’en fini pas !

A nouveau une ligne droite et on va attaquer le deuxième tour.

A ma demande, il me donne quelques indications : pneus de 255 par 17, moteur 3 litres, 6 cylindres, boîte 5 vitesses manuelle.

Au moment où on entame la fameuse ligne droite, on atteint le 220 mais la Triumph devant nous, à cause de la piste qui est quelque peu mouillée suite à une averse récente, dérape, fait deux têtes à queue, se rattrape et enfin se rabat sur la gauche. On la double par la droite.

Puis le troisième et dernier tour.

Chicane, et on attaque !

Ça fonce !

Rien devant !

180, 200, 210, 220, 225 et 230.

Le moteur fait tourner ses 380 chevaux puis la courbe arrive, et c’est le retour au paddock.

J’ouvre la portière, je descends et je n’en reviens pas.

Je viens de faire trois tours de piste à une moyenne de plus de 220 kilomètres heure et mes enfants sont là pour m’acceuillir et me demander mes impressions.

Je serre la main de mon pilote et je le remercie chaleureusement.

J’ai vraiment beaucoup aimé.

Quelles sensations !

Et puis quelques minutes plus tard, un bruit encore plus impressionant se fait entendre devant moi. C’est une Ferrari 468 rouge qui fait hurler le métal sous son capot !

J’enfile le casque sur ma charlotte et ma fille cadette m’aide à monter pendant que mon autre fille et mon gendre filment et prennent des photos.

Le pilote cette fois, s’appelle Jérome.

Siège baquet en cuir.

Ceinture.

Il fait vrombir le moteur et je sens déjà les vibrations qui résonnent dans mon corps.

Il me donne quelques détails supplémentaires.

Boîte à vitesse 6 rapports à clapets, moteur 8 cylindres en V, 5 litres, 550 chevaux, pneus de 300 par 19.

Départ.

Premier tour, il me renseigne pour savoir où l’on se trouve.

Je commence à connaître.

Chicane, on est dans la ligne droite principale.

Et là, ça commence !

Je me retrouve poussé en arrière, comme si un poing géant me rentrait l’estomac à me couper le souffle.

houhfffffff !

Je souffle et respire. je reprends mes esprits.

J’ai pris « un jet » comme on dit !

Je m’efforce de respirer calmement et je me concentre sur la route.

180, 200, 210 puis 230.

Et on attaque le deuxième tour.

Et là, ça fonce, 220, 230 et sur la gauche, Jérome m’avertit qu’une BMW va nous doubler à environ 240, je l’entends, elle nous dépasse, nous double et tout à coup, mon pilote qui maîtrise bien son engin, rétrograde serre sur la droite, car la voiture devant nous vient de partir en zig-zag.

Il se rattrape, réussit à se remettre sur la gauche et continue mais la courbe est là et on est obligé de ralentir.

Et déjà, le troisième et dernier tour !

Nous revoilà à l’entrée de cette fameuse ligne droite, trop courte à mon goût !

Et le moteur hurle à mort dans la cabine.

J’ai l’impression que les pistons vont traverser le capot tellement le bruit déchire mes oreilles.

La voie est libre ! ! et c’est parti.

150, 170, 190, 200, 210, 220, 230, vraiment super !

Ça fonce ! 235 puis 240 !

Comme j’aurais voulu que ça continue et encore et encore !

250, 280 et pourquoi pas 300.

Mais non, la courbe est encore là et il faut bien ralentir.

Retour au stand !

J’ouvre ma portière. Je descends et je sors.

J’ôte le casque et la charlotte puis je vais remercier le pilote.

Je suis tellement ému que j’ai les larmes aux yeux.

Je fais attention car je ne veux pas que l’on s’en aperçoive.

Mais j’ai envie de chialer de bonheur tellement je suis heureux.

Indescriptible mais quelle joie !

Merci ! Merci !

Je ne sais plus qui me demande si je veux essayer avec une autre voiture.

Mais je dis non immédiatement.

En effet, comment pourrais-je encore ressentir plus alors qu’aucune voiture n’est aussi puissante que celle-ci !

Je préfère garder toutes ces sensations et partir.

Quelle merveilleuse journée !

Je me suis promis que si l’occasion m’en était donnée à nouveau, cette fois j’emmènerai avec moi, un magnétophone afin de pouvoir enregistrer et réécouter le bruit du moteur qui hurle depuis l’intérieur de la voiture.

En attendant, j’ai trois mini vidéos faites avec le téléphone portable, un film d’environ 25 minutes fait avec le caméscope et quelques photos .

Quel plaisir d’entendre et réentendre ces bruits et tous ces souvenirs qui repassent dans ma mémoire.

Je me suis lancé un défi ! Trouver un pilote qui me ferait confiance et qui me laisserait conduire dans une grande ligne droite , qui guiderait le volant avec sa main gauche.

je l’ai déjà fait mais dans des endroits déserts et sans risques.

J’ai mon permis et la conduite ne se perds pas.

Il me faut juste deux yeux et une grande confiance.

Mais quel plaisir que d’avoir le volant dans les mains et de monter à 230 voire plus et de sentir sous les pédales, les vibrations de la machine obéissante et docile !

Mais là, c’est une histoire que je vous conterai un autre jour !

Arobamicalement !

Gérard. Dijon.

Article écrit par  

Répondre à cet article

Proposer un article

Vous pouvez rédiger votre article dans ce formulaire, ou le coller à partir de votre traitement de textes. Une fois envoyé, cet article sera proposé automatiquement à la publication et devra être validé par un des modérateurs du site. N'oubliez-pas de lire les conditions d'utilisation.

La taille d'un article est limitée à 4096 caractères.

Si vous vous êtes identifié, vous pouvez corriger cet article après envoi en utilisant l'éditeur d'article disponible dans l'espace privé du site.

Conditions d’utilisation..., Mentions légales..., Contacts...
Tous Droits Réservés cecite.org (c) copyright 2005-2017. All Rights Reserved